Dis, tu m’enverras les vidéos de la soirée raclette d’hier ?

On a fait le calcul : à notre dernière soirée raclette, on a cumulé environ 400 photos et 90 minutes de vidéos diverses et variées. Maintenant que c’est dit, comment on fait pour récupérer celles qui ont trouvé refuge dans le disque dur de notre voisin de chambre ?

 

Le partage dans les nuages

Google Drive, iCloud Drive, Dropbox, les solutions sont nombreuses. Et relativement simples : on s’y connecte, on y met ses fichiers, on autorise l’accès aux bonnes personnes, et on envoie une invitation pour venir les télécharger. En mode gratuit, l’espace de stockage est certes limité, mais suffisamment important pour pouvoir partager un peu tout et n’importe quoi (à condition de faire un ménage régulier pour les mitrailleurs et filmeurs compulsifs).

Seulement voilà. Vous vous souvenez du #CelebGate, toutes ces photos de stars (nues) volées sur le cloud et exposées aux yeux de tous ? Bon, d’accord, les clichés de notre dernière soirée raclette ne sont pas du même acabit. Même si celles du « Concours de celui qui met le plus de patates dans sa bouche » (oui, on a des concours débiles) valent leur pesant de cacahuètes. Manquerait plus qu’elles tombent entre de mauvaises mains !

 

La clé USB

Tout le monde a une clé USB. C’est bien pratique. Ca se branche, ça se débranche, ça se rebranche. Du coup, on peut facilement partager des fichiers avec. Il suffit des les déposer dessus et de donner ladite clé USB à la personne de son choix pour qu’elle puisse les récupérer sur son propre ordinateur. Ici encore, l’espace de stockage est limité, mais comme il est plus ou moins conçu pour n’accueillir que des fichiers en transit, ça va.

Regardez, moi-même j’ai une clé USB. Elle est noire, elle est petite, elle est discrète. Je lui ai même donné un nom : elle s’appelle Reviens. Mais, en fait, tout le monde la surnomme Ta-Clé-USB-Ah-Non-Je-L’ai-Pas-Vue. Parce qu’en fait, hier j’avais une clé USB, noire, petite, discrète. Aujourd’hui, je pars acheter sa sœur jumelle.

 

Le transfert entre ordinateurs

Bon, on va entrer un peu dans la technique. Mais croyez-moi, cette solution un chouia geek sur le papier est on ne peut plus simple dans la pratique. Imaginez que vous viviez à trois en colocation et que vous partagiez la même box internet (quelle coïncidence, c’est notre cas). Cette box crée dans votre logement un réseau interne : ce qui veut dire que seules les personnes qui ont relié leur ordinateur à la box via un câble, ou plus vraisemblablement qui s’y sont connectées en Wifi, y ont accès.

Imaginez maintenant que, pour partager un fichier, vous ayez seulement à faire un clic droit dessus et à choisir une personne parmi celles connectées à votre réseau pour lui transmettre. Cette solution existe, elle s’appelle Elqui. Que des avantages : à aucun moment le fichier ne sort de vos murs, il ne se balade pas non plus sur des supports de stockage externes et, en plus, il n’y a pas de limite de taille !

 

Depuis qu’on l’a testée, on l’a adoptée. D’ailleurs, on ne dit plus Dis, tu m’enverras les vidéos de la soirée raclette d’hier ?, mais Dis, tu m’elqui les vidéos de la soirée raclette d’hier ?.

1 Discussion on “Dis, tu m’enverras les vidéos de la soirée raclette d’hier ?”
  • Sinon, les torrents c’est vraiment mieux et fait pour. Dommage que les gens ne sachent pas s’en servir.
    Il y a BittorrentSync qui essaye de rendre le torrent aussi facile que dropbox mais ça marche pas si bien. Patience, car bientôt il suffira d’un clic sur un lien pour télécharger un torrent, avec les nouveaux standards du web.
    En attendant, bien choisir avec qui on fait ses raclettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée