La Saint Valentin entre célibataires, c’est soirée Loose&Sushis

Le soir de la Saint Valentin, la coloc se transforme en une no-go zone pour les amoureux réunis. C’est comme ça, c’est la tradition, rien ni personne ne peut la remettre en cause. On met les couples à la porte, qu’ils se trouvent un bon resto pour dîner ou un autre endroit pour faire leur cochonneries, et on organise une soirée Loose&Sushis.

 

Le concept ? Parce qu’être tout seul le soir de la Saint Valentin c’est un peu la loose, mais que les sushis c’est trop bon, le tout fait une moyenne pour passer une bonne soirée.

 

Qui peut participer ? Les célibataires de tous poils, bien sûr, mais aussi les amoureux malchanceux, injustement séparés de leur moitié ce soir-là par le destin (un vol annulé, une garde de nuit qu’on n’a pas réussi à échanger, etc.).

 

Qu’est-ce qu’on y fait ? En fait, rien de spécial. On se fait livrer des sushis et on s’installe comme on peut, où on peut, pour les déguster et taper la discut’ avec son voisin de table, de pouf, de rebord de fenêtre, de baignoire, en fonction de là où on a réussi à s’asseoir. De temps en temps, on change de place. Et c’est la jungle, les soirées Loose&Sushis ameutent les foules. On en soupçonne même certains, surtout ceux qui débarquent au dernier moment, de rater intentionnellement leur train pour se retrouver chez nous.

 

Parce qu’il faut bien l’avouer, si la Saint Valentin en célibataire c’est la loose, la Saint Valentin en couple est la plus grosse source de conflit après la belle-mère : « Comment ça j’ai oublié de réserver le resto ? On avait dit que c’était toi qui faisais ! », « Comme si depuis le temps tu ne savais pas que je suis allergique aux freesia, mais tu le fais exprès ou quoi ? », « T’aurais au moins pu te laver les cheveux, on dirait Mickey Rourke », etc.

Vous vous reconnaissez ? Et si cette année vous optiez pour la paix des ménages et vous rejoigniez, chacun de votre côté, la cause des soirées Loose&Sushis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée