Pourquoi KonMari ne passera pas par la coloc

Ce week-end, on m’a offert La magie du rangement, le livre de la Japonaise Marie Kondon qui s’est déjà vendu à 2,3 millions d’exemplaires à travers le monde et vient de paraître en français. Je ne le prends comme un affront. Après tout, si la méthode KonMari est si révolutionnaire que la coloc peut ressembler, en claquement de doigts, au magasin Hermès de la rue Saint-Honoré, plutôt qu’au Zara du passage du Havre un samedi à 18h30…

C’est donc pleine de bonne volonté que je commence ma lecture.

 

Chance aux jeux, retour de l’être aimé, permis de conduire

Je suis ravie de vous informer que, depuis l’opération de nettoyage entreprise dans mon appartement, mon chiffre d’affaires a explosé.

Une personne que je souhaitais côtoyer m’a récemment contacté.

J’ai enfin réussi à perdre trois kilos.

Dès l’avant-propos, les témoignages d’adeptes de la méthode KonMari ne laissent aucune place au doute : elle est efficace. Je vous épargne les 272 pages par ce simple résumé : jetez les trois quarts de vos affaires, vous aurez plus de place pour mieux ranger le reste.

 

Jeter tout ce qui ne vous met pas en joie

Et attention, pas de nostalgie, car « notre intérieur est destiné à l’individu que nous sommes en train de devenir, et non à la personne que nous étions par le passé ». Et elle dit ça à moi, qui garde dans mon portefeuille une fausse lettre d’amour de Franky à Jessie, écrite pendant les cours de philo de terminale ?

Et elle pense sérieusement que je vais jeter mes porte-clés fétiches ? Ce n’est pas du collectionnisme, c’est une stricte sélection des porte-clés qui ont marqué ma vie : le mini Kiki, le Kiki de tous les Kiki, offert par ma meilleure amie le jour de mes 18 ans, le cœur en skaï qui était accroché aux clés de ma première voiture, le poulpe takoyaki ramené d’un voyage au Japon…

Jeter tout ce qui ne vous met pas en joie, d’accord (même si pour des raisons professionnelles, médicales ou tout simplement légales, ça ne va pas toujours être possible), mais jeter juste pour faire le vide, non !

 

Ranger ses habits verticalement

« Lorsque nous plions un vêtement, nous devons y mettre tout notre cœur et le remercier de protéger notre corps. » C’est une philosophie et pourquoi pas. Mais après, pour respecter la méthode, il faut les ranger verticalement.

Vous avez déjà essayé de faire tenir verticalement des trucs qui ont déjà du mal à tenir à plat ? La dame amidonnerait-elle donc sévère ses t-shirts en soie ? Et n’aurait donc également que des commodes. Ranger des chaussettes debout dans un tiroir, ok. Mais ranger des pulls debout dans un placard ?

Dans La magie du rangement, tout n’est pourtant pas à jeter (ahahah). Bien sûr qu’on se sent mieux après un grand rangement de printemps. Bien sûr qu’il est plus pratique d’avoir tous ses livres au même endroit, et si possible regroupés par catégories. On n’a pas non plus attendu Marie Kondon pour rabâcher « une place pour chaque chose et chaque chose à sa place ».

 

Vous savez quoi ? Je vais plutôt m’en tenir à cette étude réalisée par l’Université du Minnesota aux Etats-Unis, retranscrit dans cet article du Démotivateur : Les bordéliques ont tout compris ! Ou pourquoi les personnes les plus créatives s’épanouissent dans le désordre…

1 Discussion on “Pourquoi KonMari ne passera pas par la coloc”
  • J’ai toujours adoré la méthode qui consiste à prendre un livre, le lire à moitié, ne pas le comprendre, et le critiquer. Votre article est un bonheur dans le genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée